Comment voyez-vous la trinité ?


Comme une pure construction théologique pour tenter de définir avec des mots grecs et latins un concept religieux qui, si on est sérieux, ne peut que transcender tout langage humain et même toute logique et toute raison.

Soyons sérieux. Islamistes tendance Deedat, ne lisez pas plus loin, vous ne pourriez pas comprendre, c’est pas à votre portée. On parle de Dieu (ou de "la Divinité" comme disaient les païens qui étaient en réalité aussi monothéistes que les juifs). Que Dieu existe ou non en-dehors de notre imagination est secondaire, ce qui compte c’est le concept de transcendance absolue, c’est à dire une entité qui est au-dessus de ce que le cerveau humain, avec son nombre de neurones limité, peut concevoir. Pourtant il va falloir en parler, essayer de le définir, faire entrer cette transcendance absolue dans les catégories forcément réductrices du langage humain.

Puisque Dieu est impensable, comment peut-il communiquer avec nous? En se révélant, bien sûr, c’est à dire en se mettant à notre portée. Il ne va pas se révéler tel qu’il est, car c’est une vision (c’est à dire une pensée, un concept) que nous ne pouvons pas supporter (c’est à dire concevoir). Il va donc se révéler par des "hypostases", ou en latin des "personnes". Et ça va varier dans le temps en fonction des publics. Pour les anciens Hébreux, il se révèle sous la forme d’un dieu genre dieu païen, tonnant du haut de sa montagne, dictant des lois à son prophète (comme Shamash dictant ses lois au roi Hammourabi de Babylone).

Et puis les gens changent. Avec l’influence de la culture grecque, il n’y a plus que les Arabes qui soient encore impressionnés par des lois soi-disant divines et assorties de menaces diverses imposées d’une voix forte par un potentat. Les Grecs, les Romains, sont des hommes libres. Pour eux, les lois doivent être votées par le peuple guidé par la Raison. Alors la divinité va se révéler sous une autre hypostase : un être humain comme nous (pour les Grecs et les Romains tous les citoyens sont égaux), qui fera entendre la voix du cœur et de la raison, souffrira les pires souffrances de la condition humaine, puis ressuscitera pour révéler que la vraie nature de l’homme c’est d’être immortel.

Mais gare aux effets secondaires indésirables : à trop écouter le Fils (la 2e hypostase de la Divinité) on risque de l’idolâtrer comme un gourou. Ça en fait du dégât, un gourou ! On se soumet à sa parole, on se prosterne devant sa "sagesse immense", on en perd tout esprit critique en croyant "dépasser son égo". Et on devient idiot en croyant qu’on est devenu sage. Halte là, la Divinité attend mieux de nous ! Il veut des esprits libres.

Alors il se révèle sous une troisième hypostase, désincarnée : le Saint Esprit. Le Saint Esprit c’est l’esprit de Dieu en nous, c’est lui qui guide notre pensée, nous garantit que nous pouvons y aller, qu’on a le droit de réfléchir, d’avoir un esprit critique, Dieu bénit ce que nous allons déduire. L’esprit saint, c’est le droit de penser sans être paralysé par la peur de s’éloigner de la Révélation.

Voilà comment je perçois la Trinité. Derrière le dieu terrible et babylonien du Sinaï, derrière le philosophe si profondément humain crucifié à Jérusalem, derrière ce que depuis les hommes ont pu construire en réfléchissant (et même, O ironie, en disant ne pas croire en Dieu), il y aurait un seul et même être.

HaCa

Voir aussi

Redire Nicée, Constantinople et Chalcédoine ?

Indexation

Identificateurs Technorati : , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: http://pharisienlibere.wordpress.com/2011/09/04/comment-voyez-vous-la-trinite/trackback/

Flux RSS des commentaires de cet article.

7 CommentairesLaisser un commentaire

  1. Joli article, la trinité est plus qu’un simple dogme froid et complexe, elle a un sens théologique profond . Puis-je me permettre quelques remarques ? L’idée que les grecs étaient monothéistes "comme les juifs" est un peu rapide. La seule trace de monothéisme réel se trouve chez Xénophon (et n’a jamais dépassé le cercle ses philosophes). A la même époque, au Ve siècle avant JC, le monothéisme était né depuis un siècle au moins dans le judaïsme : au moins toute une école (on ne sait pas trop comment pensait le petit peuple de judée), l’école deutéronomiste, y était attachée, et y a attaché ne grande part de la population (voir Esdras-Néhémie). Il est clair que YHWH est très proches des dieux du Proche-Orient Ancien.

    Dire que les dieux romains étaient très humains est par aussi complètement vrai, avec une différence : l’immortalité. Et c’est là qu’est la différence profonde avec Jésus, qui est un Dieu mort. La phrase de l’Apôtre : "nous proclamons un Christ crucifié, scandale pour les juifs et folie pour les païens" a un sens historique profond. La proclamation de Jésus est une rupture réelle avec le judaïsme comme avec le paganisme, qu’il ne faut pas sous-estimer.

    Votre interprétation de l’Esprit est très jolie aussi. Là je n’ai pas grand chose à redire ^^

    Enfin, je comprends que vu les boulets qui squattent votre blog, vous pouvez en avoir une certaine rancune, mais la polémique anti-musulmane qui point sous votre article est dommageable. Si vous acceptez que je donne mon avis, cessez de débattre avec eux (vous avez eu raison de bloquer les commentaires). Qui leurs arguments va convaincre de toute façon ? Ceux qui argumentent comme eux resteront bloqués dans leurs positions (un certain évangélisme est assez proche au niveau argumentatif), les autres se contenteront de s’apitoyer sur le genre humain.

    • Je ne bloque pas les commentaires mais les modère a priori. Cela tient au volume des robots publicitaires sévissant sur le web. En ce qui concerne l’article, l’auteur étant athée d’éducation catholique, ne lui demandez pas une conception "magistérielle" de la trinité !

      La proclamation de Jésus est une rupture réelle avec le judaïsme comme avec le paganisme, qu’il ne faut pas sous-estimer

      Il ne faudrait pas confondre ce que Paul raconte avec des faits historiques.

  2. [...] Miettes de théo, après le Pharisien libéré, moi aussi je publie ma vision de la [...]

  3. Dieu, c’est ce" Tout Autre", rencontré par un homme habité par l’Esprit, à la suite du Fils pour se tourner vers le Père.
    Invention géniale que cette expression mystérieuse de la Trinité…Notre Dieu n’est pas un dieu solitaire, qui se suffit en lui-même. Il est Amour, donc relation et rencontre personnelle …

    • bon, si vous voulez mais je ne trouve pas très claire votre formulation

  4. Merci beaucoup pour cette réflexion, dans notre monde actuel, cela devient très difficile de croire en la Trinité.

  5. J’aime assez l’idée d’une transition du Dieu archaïque vers l’Esprit.

    En dehors de ça, il m’apparaît que la Trinité peut prendre sens si on s’inscrit dans une approche panenthéiste/moniste. (Dieu à la fois en-dehors du monde, vis-à-vis le monde, à l’intérieur du monde). Ce mystère duquel tout prend source en-dehors du monde qu’est le Père, est l’inconnu des Pharisiens qui dans le meilleure des cas ne peuvent que concevoir Dieu en vis-à-vis (le Fils) et le subir en entretenant une altérité malsaine avec leur comportement d’ultra-religieux (sentiment de colère, de jugement, de violence, de malédiction…etc). Ainsi celui qui a le Fils, a le Père, mais pour l’avoir il faut encore envisager une autre relation avec lui. Préférer la crainte de l’absence de la présence/l’habitation à la crainte du châtiment. C’est pourquoi il s’incarne pour exprimer extérieurement, "l’homme intérieur" que nous devons faire naître en nous. D’où le mangez ma chair et buvez mon sang ! Et tout cela est rendu possible par le passage du Dieu extérieur et étranger, au Dieu l’intérieur et intime qui fait lumière sur toute la Trinité en nous ouvrant à une relation intra-trinitaire avec Dieu. (l’Esprit intercède, Dieu se prie à l’intérieur de nous…etc.)

    On peut également regarder du côté des nouvelles logiques méta-rationnelles qui attirent l’attention de certains physiciens avec les niveaux de réalité et le tiers inclus (entre autre développé par Lupasco et Nicolescu). Tout cela nous conduit ni plus ni moins à l’union des antagonismes. Si Dieu est au-dessus du connaissable, et que côté scientifiques un discours repousse encore les limites de ce connaissable, cela risque de nous mener bien loin encore : "la réalité est ce qui résiste à nos représentations, donc en tentant de définir la réalité, nous touchons aux limites de la science, notamment la non conciliation entre théorie de la relativité et mécanique quantique".

    Il y’a là matière à faire pour inscrire la logique biblique dans une démarche de recherche au-delà de notre niveau de réalité apparent et matériel, qui est le seul, il faut le dire, auquel s’applique la pensée cartésienne ! La fameuse argumentaire islamique du 3 = 1 qui vise à démontrer que la Trinité est illogique, n’est alors plus qu’une anecdote, voir une idolâtrie.

    Ainsi, l’oraison sur le baptême de Grégoire de Nazianze peut prendre sens et conduire à une certaine mystique :

    "Je n’ai pas commencé de penser à l’Unité que la Trinité me baigne dans sa splendeur. Je n’ai pas commencé de penser à la Trinité que l’Unité me ressaisit. Lorsqu’un des Trois se présente à moi, je pense que c’est le tout, tant mon œil est rempli, tant le surplus m’échappe; car dans mon Esprit trop borné pour comprendre un seul, il ne reste plus de place à donner au surplus. Lorsque j’unis les Trois dans une même pensée, je vois un seul flambeau, sans pouvoir diviser ou analyser la lumière unifiée."


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: