Katell Berthelot : « le monothéisme peut-il être humaniste ? », Fayard


J’ai commencé de lire, il y a quelques jours, le bouquin du Dr Katell Berthelot, « le Monothéisme est il un humanisme ? » dans la très intéressante collection de Fayard « Les dieux dans le Cité »1

On lit ou entend, ces derniers temps, quantité d’horreurs sur le monothéisme qui serait responsable de touts les maux, de l’intolérance aux guerres de religion en passant par l’impérialisme américain. Au contraire, le polythéisme gréco-romain, voilà l’ouverture, la tolérance, le bonheur, quoi ? On savait déjà depuis Paul Veyne2
et peut-être aussi François Blanchetière 3, que l’opposition du « polythéisme gréco-romain » au « monothéisme judéo-chrétien » avait quelque chose d’anachronique et de mal ficelé pour les premiers siècles de l’ère commune, l’idée monothéiste ayant fait son chemin à côté du judaïsme avant même l’invention du christianisme.

Il était temps que quelqu’un examine la question de près, par exemple en regardant ce qu’il en est .de la philanthropie dans les écoles de philosophies hellénistiques telles qu’elles la présentent au 1er siècle On se rend compte que l’opposition entre l’hédonisme, qui serait bon sain et naturel « par nature » et le christianisme qui serait pervers dans ses origines, ses développements et ses applications, est factice. .

Katell Berthelot traite finement du judaïsme ancien et du christianisme naissant comme ils se présentent , ‘est à dire entrelacés aux philosophies classiques comme s’il était hors l’histoire. Elle montre les emprunts, les dialogues en train de se faire en quelque sorte.

Je suis arrivée au milieu , là où l’on apprend que selon la version A ou B des avot de Rabbi Nathan, le commentaire de Lévitique 19, 18 (« Aime ton prochain comme toi ») peut être soi humaniste soit sectaire.

Pascal Ory dans une émission où France-Culture a manqué de parler4 de ce bouquin « faute de temps » , disait « A la fin, on n’est pas plus avancé ». Mais si, Mais si ! :Au fil des pages, on se rend compte que telle ou telle religion, telle école philosophique, n’est pas intrinsèquement et immuablement misanthrope ou philanthrope. Katell Berthelot souligne que les écoles philosophiques hellénistiques ont une excellente réputation sur le plan de la philanthropie par leurs branches maximalistes. Elle fait remarquer que ces branches ne rencontrèrent aucune application sur le plan politique. C’est le commentaire, l’interprétation qu’on en donne puis ce que les hommes en font qui fait la différence entre une pratique sectaire et une pratique universaliste.

Toutefois, comme je n’ai pas fini le livre, j’y reviendrai

notes

  1. selon Jean-Maurice de Montrémy, dans Livre-Hebdo N° 590, vendredi 25 février 200 5 : « Soucieux de promouvoir dans le « grand public curieux » les sciences religieuses, les deux chercheurs ont lancé en 1997 chez Complexe la collection « Le Fait religieux ». Ils demandent à des historiens, anthropologues et sociologues ­ mais aussi à des journalistes de terrain aussi bien qu’à des philosophes ­ de fournir au lecteur « les clés d’une intelligence du religieux qui soit informée, dépassionnée ». Bref: affranchie de tout a priori confessionnel ou anti-confessionnel. Collection passée chez Fayard en 2003 au sein de la «Bibliothèque de culture religieuse» dirigée par Denis Maraval ­, « Le Fait religieux » se transforme mais reste fidèle aux mêmes principes. Voici « Les Dieux dans la cité », une collection qui veut répondre à l’attente croissante d’information en matière religieuse. « Une façon de rap­procher les citoyens, précisent les directeurs, par une connaissance partagée des religions et des cultures. » remonter
  2. Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes? par Paul Veyne remonter
  3. Les premiers chrétiens étaient-ils missionnaires, Cerf remonter
  4. qu’on peut encore écouter sous le lien remonter

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2006/11/15/katell-berthelot-le-monotheisme-est-il-un-humanisme-fayard/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. j’aime bien cette idée que la religion, n’est plus le fourre-tout de tous less intégristes et que l’humanisme a grandi en se mélant et se confrontant aux religions… Je déteste monsieur Onfray historien des philosophies comme se disant le seul détenteur du vrai en philosophie

  2. Bruno a écrit
    j’aime bien cette idée que la religion, n’est plus le fourre-tout de tous less intégristes et que l’humanisme a grandi en se mélant et se confrontant aux religions…

    Si j’ai tout compris dans ce livre et pour avoir parlé avec l’auteure, il semble que les religions (incluses les philosophies anciennes, si vous avez lu le livre de Jean Hadot) portaient en germe ces humanismes et que, on se demande pourquoi, elles ont mis du temps à s’en rendre compte.

    Bruno a écrit
    Je déteste monsieur Onfray historien des philosophies comme se disant le seul détenteur du vrai en philosophie

    Michel Onfray est un philosophe qui ne dit pas que des c..ries. Mais dès qu’on dit « religion », il comprend « catholicisme » et rien d’autre et dès lors, il pète les plombs.
    C’est normal, il a été élevé dans des orphelinats religieux. Hélàs !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :