les femmes aussi !


Le débat a commencé en juillet 2006 pour s’achever le 28 janvier 2007. Les femmes sont devenues éligibles au consistoire du Bas-Rhin.

En juillet 2006, le consistoire décidait que les femmes ne seraient pas éligibles. Depuis 1944, les femmes étaient devenues, en droit, éligible mais la décision était rendue non-effective par les consistoires qui trainaient des pieds. Selon le grand rabbin du consistoire René Gutmann, aucune femme n’est éligible, car depuis 1844 « seuls les notables sont éligibles » et, de ce fait, les femmes ne sont jamais des notables. Malgré une note du service des Cultes (division de la préfecture) précisant que « l’inéligibilité des femmes serait contestable d’un point de vue juridique », l’argument résidait dans le fait qu’il craignait de mettre en péril le statut du judaïsme en pays concordataire.

Après une campagne de pétition, Annie DREYFUS, Janine ELKOUBY, Claudine HAGEGE-MALKA Claudine KLING, Sonia Sarah LIPSYC ont obtenu gain de cause devant le tribunal administratif. L’un des aruments de la décision du tribunal est que le Consistoire est un « établisesement public » et, de ce fait doit obéïr aux règles de la fonction publique, dont l’égalité entre les hommes et les femmes. La décision est publiée in extenso sur « Droit des religions »

  • Une première femme, Sandrine Buchinger, avait été élue au consistoire du Haut Rhin, le 17 décembre 2006
  • Une seconde femme Janine Elkouby obtint la majorité absolue au consitoire du Bas Rhin le 15 janvier 2007, et une troisième, Michèle Jablon-Israël, le 28 janvier 2007

Massorti, site d’un courant théologique qui ordonne au rabbinat des femmes comme des hommes, crie victoire.

L’aventure fait un peu penser à la décision du gouvernement suédois qui décida en 1958 contre les consistoires que les femmes pouvaient devenir pasteures.La cause n’est d’ailleurs pas gagnée, car, depuis 2003, l’église luthérienne de Suède est menacée d’un schisme misogyne. Un évêché flottant, autonome et sans frontières s’est créé où les ministères (pastorat et évêché) sont réservé aux hommes. En 1993, à l’époque où elle était encore rattachée à l’Etat, l’Eglise avait mis les points sur les «i» : seuls pouvaient désormais être ordonnés pasteurs ceux qui acceptaient toutes ses règles, notamment la coopération avec les femmes pasteurs.

Toutes nos félicitations aux élues ! Mais cela n’est pas gagné

Technorati Tags: , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2007/02/23/les-femmes-aussi/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :