sans le latin, la messe nous em…. (Georges Brassens)


Comme d’habitude, l’arbre de la messe en latin cache la forêt de l’instruction doctrinale « Certains aspects de la Doctrine sur l’Eglise ». Il en était de même lors de la déclaration Dominus Jesus, où seule la BBC et, en France, Jean-Paul Guetny (suivi par le regretté Geoffrey de Turckheim) dans Actualité des religions, l’un des tous derniers numéros de cette excellente revue (que rien n’a remplacé) avaient mis en relief la déclaration annexe destinée au théologiens.

Auparavant, on avait connu la clôture de la période Vatican II par la ré-instauration d’un serment anti-moderniste (le précédent avait été omis mais non aboli en 1961) par le motu proprio « Ad Tuendam Fidem » en 1998.


Dans le cas présent, on notera 2 reculs :

  • dans dominus Jesus et sa déclaration annexe, l’église orthodoxe (on parlait de l’église grecque des 7 conciles en la prenant pour toutes les églises orthodoxes qui peuvent être aussi des 3 et des 5 conciles) était reconnue comme une église à part entière, en particulier son corpus doctrinal était reconnu identique à ce dramatique détail qu’elle ne reconnaissait pas l’évêque de Rome pour patron. On leur avait même fait la gracieuseté d’abandonner le filioque… dans les versions européennes (à l’exception de la francophone) dans la confession de foi qui débute la déclaration.
  • sur le plan oecuménique, on ne revenait pas exactement à Mortalium animos de 1928. Ce document répondait à Foi et Constitution sans le nommer. Maintenant, c’est fait. On réaffirme mêmele titre III de Pastor Aeternus.

Sur le plan théologique, il faudra qu’un jour quelqu’un se charge de rire au nez des auteurs de ce genre de document, comme le fait Le temps de Genève. Sur le plan politique, ce genre de texte valide l’interprétation anti-musulmane de la déclaration de Ratisbonne. Si le Vatican produit ce genre de texte à l’endroit des autres églises chrétiennes, comment peut-on comprendre autrement une citation particulièrement mal choisie ?
Ceci dit, Joseph Ratzinger tente d’effacer son passé d’expert au concile pour le moins révolutionnaire. Voir des textes de jeunesse.
Cette pessimiste d’Irène avait raison : Arrêtons l’oecuménisme avec l’ECAR !

Voir aussi

indexation

Technorati Tags: , , , , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2007/07/11/sans-le-latin-la-messe-nous-em-georges-brassens/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. Le lien sur « Foi et Constitution » ne fonctionne pas.

  2. Merci, c’est réparé

  3. Ben non…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :