Des moines franciscains s’engagent au côté des sans-papiers de Toulouse


source : « Réformez ! »

LE MONDE | 03.01.08 | 17h45 • Mis à jour le 03.01.08 | 21h08

Le « cercle de silence » sur la place du Capitole, le 25 décembre 2007. L’action des franciscains est saluée par les organisations humanitaires qui dénoncent l’éloignement et l’isolement du centre de rétention. | AFP/ERIC CABANIS Le « cercle de silence » sur la place du Capitole, le 25 décembre 2007. L’action des franciscains est saluée par les organisations humanitaires qui dénoncent l’éloignement et l’isolement du centre de rétention.

Curieuse scène, place du Capitole à Toulouse. A l’écart de l’animation des chalets en bois du village de Noël qui ont envahi la place centrale de la ville, une vingtaine de personnes se sont réunies en cercle, mardi 25 décembre. Une heure durant, de 18 h 30 à 19 h 30. Sans un mot. « Pour dénoncer l’enfermement dans des centres de rétention des personnes étrangères en situation irrégulière », peut-on lire sur deux panneaux couverts de photos. Ce tract, signé des Frères franciscains de Toulouse, se termine par une invitation à « toutes les personnes de bonne volonté à nous rejoindre dans le silence ». Les trois derniers
mots sont soulignés.

« Notre assistance était un peu maigrelette », reconnaît le Frère Alain Richard, 83 ans, doyen des franciscains toulousains, qui ne paraît toutefois pas découragé. « C’était émouvant. Nous avons vu des gens s’arrêter, déposer leurs paquets et demander s’ils pouvaient faire quelque chose », raconte l’initiateur
de ces « cercles de silence« , portant la barbe et des habits civils. Depuis le mois d’octobre, les quatorze moines franciscains, qui ne vivent pas cloîtrés mais partagent un bâtiment moderne du quartier Saint-Cyprien, ont décidé de se retrouver mensuellement sur la place du Capitole, le dernier mardi de chaque mois, pour protester à leur manière contre les conditions de détention au centre de rétention de Cornebarrieu. « Beaucoup de gens ignorent l’existence même de ce centre« , constate le Frère Alain, qui mise sur les photos exposées pour faire prendre conscience de l’univers carcéral de ce bâtiment neuf, inauguré en
juillet 2006 aux bords des pistes de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. « Quand les gens voient ces photos, ils demandent souvent dans quel pays elles ont été prises. On leur dit que cela se passe à seulement une dizaine de kilomètres d’ici. » Le vieux moine est allé lui-même faire de nouveaux clichés sur place, le
30 janvier dernier, pour les publier quelques heures plus tard sur le site Internet de la communauté (Franciscains à Toulouse). Par la grâce des nouvelles technologies, le cercle de silence s’élargit et l’action mensuelle des Frères toulousains, qui comptent six jeunes étudiants dans leurs rangs, devient permanente.

N’ayant pas pu visiter lui-même l’intérieur du centre, le doyen des franciscains toulousains a dû se contenter de photos prises de l’extérieur, dans le prolongement de zone industrielle de Colomiers. Frère Alain en a conservé un sentiment de relégation et n’en revient toujours pas. « Il faut avoir tué père et
mère pour être envoyé dans un endroit pareil, loin de tout, sans autre possibilité d’accès qu’en voiture
« , s’émeut le moine octogénaire. L’éloignement du centre est dénoncé par les organisations humanitaires comme la Cimade, mais aussi les syndicats de magistrats et d’avocats, qui ont déposé un recours contre l’aménagement d’une salle d’audience pour juger les étrangers à l’intérieur même de l’enceinte, et non dans un tribunal. A quelques centaines de mètres seulement du centre de rétention se dresse le « delivery center » d’Airbus, la nouvelle aérogare privée du constructeur européen, construite pour accueillir les riches clients venus pendre livraison de leurs avions flambant neufs. Deux univers aux antipodes, séparés par des barbelés.

Lionel Clauss, permanent de la Cimade, est l’une des rares personnes extérieures autorisées à pénétrer dans l’enceinte du centre. « A l’intérieur, les personnes ont encore davantage le sentiment d’être oubliées en cette période de fêtes. Ils n’ont que la télévision pour savoir ce qui se passe à l’extérieur et vivent difficilement les images de fêtes et de libations. » Le jeune homme se réjouit de l’initiative des moines franciscains de Toulouse, qu’il compare aux rondes des « Folles de Mai » à Buenos Aires, ces mères de disparus qui manifestaient en silence contre la dictature en Argentine.

Ce n’est sans doute pas une coïncidence. Le Frère Alain Richard explique avoir longtemps oeuvré en Amérique du Sud depuis les Etats-Unis, où il a vécu pendant vingt-six ans avant de revenir s’établir à Toulouse. Proche du MIR (Mouvement international de la réconciliation), un mouvement évangélique créé à la Faculté de théologie protestante de Paris, il ne cache pas son admiration pour Gandhi et les techniques de la non-violence, dont il a suivi les préceptes pour la mise en oeuvre de son cercle de silence. Le moine préfère parler « d’action » plutôt que
de « manifestation« . « Eveiller ou plutôt réveiller l’humanité de tout un chacun, par la prière ou le silence, c’est déjà une action« , insiste-t-il.

Pour ceux qui voudraient s’engager plus loin, le site des franciscains renvoie en lien vers des associations comme la Cimade ou le Réseau éducation sans frontières (RESF), créé pour s’opposer aux expulsions d’enfants scolarisés avec
leurs familles. « Leur travail est indispensable« , estime Frère Alain. Jean-François Mignard, le président de RESF à Toulouse, se déclare « agréablement surpris » par l’initiative. « Bienvenue au club« , s’exclame ce très laïc militant de la Ligue des droits de l’homme, qui veut voir dans ces prières mensuelles un « bon indicateur » de la mobilisation en faveur des sans-papiers.

Même le préfet, montré du doigt par les associations d’aide aux immigrés, se félicite officiellement de l’entrée en lice des moines franciscains de Toulouse. « L’Eglise est dans son rôle quand elle tente de nous faire réfléchir. J’accepte volontiers de réfléchir à mon action, en mon âme et conscience« , réagit Jean-François Carenco, en apprenant que Frère Alain inclut aussi les fonctionnaires dans ses prières. « Il est fréquent dans nos communautés de prier pour les torturés et leurs tortionnaires« , indique simplement le moine franciscain.

Stéphane Thépot

indexation

Identificateurs Technorati : , , , , ,

Powered by ScribeFire.

Published in: on 8 janvier 2008 at 1:52  Comments (5)  

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2008/01/08/des-moines-franciscains-sengagent-au-cote-des-sans-papiers-de-toulouse/trackback/

RSS feed for comments on this post.

5 commentairesLaisser un commentaire

  1. Bravo pour votre action! « soyez forts et résolus » pour reprendre l’exhortation biblique! N’oublions pas qu’une telle politique de harcèlement systématique des étrangers se fonde pour une part sur l’indifférence publique, la lassitude.Il y a vraiment lieu de se demander si la France à encore quelques valeurs à défendre dans le monde, en tout cas elle n’en montre pas l’exemple.La comparaison avec les autres pays européens n’est pas à notre avantage.Le roi d’Espagne lors de ses voeux a rappelé qu’il y avait de la place pour les étrangers. En Afrique même, le président de la république de pays comme le sénégal commencent leurs voeux par la Phrase  » Sénégalaises, sénégalais et étrangers qui vivaient parmi nous » De tous ces pays que nous avons l’habitude de mépriser, nous pouvons encore dire qu’ils représentent encore une puissance morale.

  2. Johann Said:

    Bravo pour votre action! “soyez forts et résolus” pour reprendre l’exhortation biblique! N’oublions pas qu’une telle politique de harcèlement systématique des étrangers se fonde pour une part sur l’indifférence publique, la lassitude.

    Oh ? Je ne sais pas trop si la publication d’informations peut être considérée comme une action ? Si tel est le cas, à notre sens, elle est très modeste, peut-e^tre de l’ordre de la prévention ?

    Quelques uns d’entre nous sont assez vieux pour se souvenir que la dernière fois qu’on a pris des « lois sur les étrangers », elles précédaient l’irruption d’un ordre du monde assez nauséabond et que personne n’a rien vu venir.

  3. bravo pour votre action
    Le gouvernement fait fausse route dans ses décisions hâtives sur l’immigration qui reste néanmoins un sujet très complexe.Il a seulement le mérite de remettre en avant un sujet crucial.A nous citoyen lambda et peut-être chrétien à mettre l’éclairage sur l’essentiel:
    confort personnel ou accueil de la différence dérangeante et enrichissante.
    recherche de sécurité ou prise de risque créatrice
    oeil ouvert ou oeil fermé
    indifférence ou engagement
    uniformité ou diversité
    etc.. avec vous

  4. « ton frère humain n’est pas traité en humain.

    Dresse-toi sur tes pieds

    car son humanité est flouée

    et la tienne aussi »

    Lokal Matos

  5. Il n’y a aucun « mérite » dans les décisions du gouvernement… juste un scandale absolu avec la réapparition des camps d’internement!… C’est notre Prochain que l’on y enferme. Par leur initiative ces moines suivent véritablement le chemin du Christ… (même si Jésus lui même était bien plus dans la parole que le silence!…) Un grand bravo à eux… Mais pourquoi si peu de personnes aux côtés de ces franciscains? Où sont donc les dizaines de milliers de chrétiens de Toulouse et sa région?… Quelle immense foule l’autre jour sur la place du Capitole!… Mais c’était pour célébrer l’équipe de Rugby locale… Je n’ai rien contre, l’homme a aussi besoin de fêtes, mais quel dommage que l’on ne se mobilise pas aussi plus pour la cause de ceux qui souffrent des injustices!… En tout cas, bien que non toulousain et guère croyant, je m’associe bien entendu à la démarche indispensable de ce « cercle de silence ».


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :