Si le peuple vote mal, yaka changer de peuple


Grosso modo, ainsi ont agi les gouvernements qui, en position de choisir pour le traité constitutionnel/traité de Lisbonne une ratification par référendum ou par parlement ont opté pour ce dernier, de crainte d’avoir à affronter les incertitudes de la démocratie. Nicolas Sarkozy, reprenant contact avec l’Europe au lendemain de son élection n’a-t-il pas expliqué que l’Europe na’vait pas le temps de prendre le risque d’autres résultats négatifs à un référendum ? D’ailleurs, les classes politiques (gouvernements + médias qui ne sont plus guère un contre-pouvoir) ne répètent-elles pas :

  • *il n’y a pas d’autre soluton possible
  • *si vous votez non, vous arêtez toute l’Europe
  • *il n’y a pas de « plan b »

Mais on se demande comment ces classes politiques pourraient prétendre au titre « d’élites » si, prévenues par deux référendums au résultat négatif, mises devant le troisième, elles n’ont toujours rien prévu. Ne dit-on pas « gouverner c’est prévoir ? » N’étaient elles pas prévenues par les sondages ? En Grance Bretagne, on n’était pas très chauds ; en Théquie, on n’était pas très chaud ; et même , en Allemagne dont la consitution interdit le référendum, les citoyens sondés n’étaient pas d’accords avec leurs parlements. Mis devant les faits de 2 référendums, nos classes bruxelloises n’ont pas « voulu y croire ».

A l’heure actuelle, les classes politiques s’activent pour tenter de contourner le NON irlandais avec des questions aussi scandaleuses que celle -ci « Que vaut le vote de 4 milliions de citoyens quand 18 gouvernements ont déjà ratifié ? » La règle du jeu, avant le référendum irlandais n’était-elle pas l’unanimité ? E l’on tente de trouver d’autres astuces, genre isolement et pressions, voire sanctions, pour contourner le vote irlandais. 48 députés européens franças ont déjà voté contre une motion qui demandait le respect du vote irlandais.

Les peuples votent « non » quand ils ressentent que les instances européennes ne sont pas « démocratiques » . Avec des méthodes comme celles-là, indignes des valeurs de démocratie que l’europe est supposée défendre, nos « élites » imaginent-elles que ce sentiment va changer ?

Ce n’est pas le plombier polonais qui est craint « parce que polonais » mais parce que le traité de Lisbonne conduit à une réstriction générale des politiques publiques et à un alignement de tous les citoyens sur les conditions de vie du plombier polonais. On s’en prend aux codes du travail en faisant croire que les mesures protégeant le salarié dans la conclusion d’un contrat de travail, dans la cessation d’un contrat de travail et dans la rémunération directe ou différée de ce contrat de travail sont une entrave à la compétitivité des entreprises alors même que ces négociations autour du contrat de travail sont des situations de négociation non réciproques et non égales. Déjà, les 15 jours de congés payés octroyés par le Front Populaire en 1936 avaient été jugés insupportables par la situation économiques des entreprises et, selon le Comité des Forges, elles ne devaient jamais s’en relever Elles n’ont pas arrêté de prospérer durant les 30 glorieuses.

De même, l’Europe ne cesse d’organiser l’exclusion des travailleurs étrangers qui, s’ils travaillent avec de faux papiers et des feuilles de paye, cotisent pour tout mais n’ont droit à rien en matière d’indemnités de chômage ou de sécurité sociale ou de droits à la retraite. Et s’ils travaillent sans feuille de paye, la limite des 48 heures (maintenant 65) hebdommadaires est toujours dépassée pour un salaire culminant au SMIG…. quand il est versé. Toutefois, c’est ce salarié qui est réprimé et jamais l’entreprise qui dissimule son travail au fisc, aux organismes de gestion des cotisations sociales pour son seul profit. Pourtant, les secteurs qui emploient une telle main d’oeuvre sont bien connus : la confection, le bâtiment, les métiers de bouche.

Elle a fait quoi l’Europe, pour empêcher ce nouvel esclavage ? En revanche, pour imposer des vitrines réfrigérées sur les marchés forains, investissement sans proportion avec le gain qu’il produira, du fait de la multiplication des grandes surfaces et autres hard discount (qui discountent aussi sur les droits sociaux de leurs salariés), là, l’Europe est très forte.

De même, l’Europe, par l’obligation qu’elle exige du désengagement des états de secteurs fondamentaux : l’énergie, l’eau, les transports publics, les matières premières perd en crédibilité quand elle laisse au miraculeux « marché » ces secteurs fondamentaux pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Il se peut bien que l’Irlande ait sauvé l’Europe pour peu que les peuples exigent de leurs supposées « élites » une remise en cause de leurs pratiques de démocrature en lieu et palces de leurs actuelles tentative de contournement et de culpabilisation. Il serait bon que cesse la compétition interne entre les états membres de l’UE sur la base d’un dumping social et fiscal.

indexation

Identificateurs Technorati : , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2008/06/14/si-le-peuple-vote-mal-yaka-changer-de-peuple/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 commentairesLaisser un commentaire

  1. … les peuples consultés par voie de référendum ont tous dit non aux traités constitutionnels et autres traités de Lisbonne. Apparemment, on ne trouve pas ça étrange, à Bruxelles.

    « Pas de plan B »? Il y a toujours un plan B. Lisbonne était un plan B, et sachant que les acteurs n’abandonnent jamais, le plan C va bien sortir un de ces quatre matins. Et il aura une forme telle que le référendum ne sera nécessaire nulle part pour être accepté.

    Mon idée? Faire un truc acceptable pour tous, et le prouver par un référendum dans TOUTE l’UE, même dans les pays où ce mode de scrutin est inconnu, ou interdit. Si un truc pareil passe, il aura une légitimité énorme sur laquelle il sera possible de construire du solide.

  2. Daniel Fattore Said:
    Faire un truc acceptable pour tous,

    OK ! Mais pour faire quelque chose qui convienne à tout le monde, ne faudrait-il pas, un peu, écouter ce tout le monde au lieu de le faire revoter jusqu’à ce que cela tombe sur face ?

  3. En effet! J’espère qu’avec le vote irlandais, le message aura passé. Espoir vain, peut-être…

    Le système du repassage des plats jusqu’à ce que ça passe, on connaît aussi, en Suisse – c’est un système admissible en démocratie. Mais tant que le peuple a le droit de renvoyer le projet à son expéditeur, c’est de bonne guerre. Tout au plus peut-on verser une larme sur tout le travail accompli pour rien…

    Et de l’autre côté, le plat est en principe modifié d’un passage à l’autre, et on laisse passer du temps afin de laisser aux mentalités le temps d’évoluer, le cas échéant: un truc qui ne passe pas telle année sera peut-être très acceptable cinq ou dix ans plus tard, dans une forme aménagée (cas de l’assurance maternité).

    En revanche, le peuple suisse a trop voté sur l’Union européenne depuis 1992; il en a donc un peu sec… le gouvernement suisse l’a entendu, et privilégie pour l’instant la voie bilatérale dans ses relations avec l’UE – même si ça en fait tartir plus d’un.

  4. « OK ! Mais pour faire quelque chose qui convienne à tout le monde, ne faudrait-il pas, un peu, écouter ce tout le monde au lieu de le faire revoter jusqu’à ce que cela tombe sur face ? »

    Depuis quand vous croyez aux miracles vous?🙂

  5. On 14 juin 2008 at 11:55 Anthaeus Said
    Depuis quand vous croyez aux miracles vous ?

    Je rappelle que l’objet de ce blogue consiste à parler de religion en général et fréquemment de christianisme. Je crois donc aux miracles, na ! 🙂

  6. […] et astucieuses questions Antheus, à propos d’une boutade sur le miracle en politique, revient sur ce que “croient” les uns et les autres, ici “les protestants […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :