Pseudo-science et Pierre


C’est fou ce qu’on peut avoir de l’imagination sur Garrigues et sentiers où l’on peut lire :

On peut pour cela partir du sentier classique du texte de Matthieu : en hébreu la pierre est ‘eben, bâtir est banah et l’église est qehillah (celle du qohelet, celui qui convoque à l’assemblée ; le curé, quoi !). Intéressant, n’est-ce pas ? Mais il n’y a pas là de quoi se sentir comblé !

Sortons donc du sentier et allons respirer la garrigue. Il fait bien chaud, mais cela en vaut la peine ! Regardez : pierre se dit aussi tsour en hébreu… On commence bien ; on persévère… Bâtir se dit aussi yiatsar ; et ce bâtir là signifie plutôt former, créer… Mais créer quoi ? Créer ‘atsarah, bien sûr, cette Église assemblée solennelle, comme dit le dictionnaire Sander et Trenel (la bible de l’hébreu biblique).

hébreu

Le problème est que le texte classique de Matthieu est en grec. Juxtaposer des mots d’hébreu avec un dictionnaire n’apporte donc rien au texte, ou plutôt, cette juxtaposition à partir d’une traduction tout de même arbitraire (en ce sens qu’elle ne reflète pas l’esprit du temps), elle apporte les désirs du traducteur.

Ici, il s’agit d’inventer une assemblée. Si c’est à Jérusalem, nombreuses sont les attestations que Jacques, le frêre du Seigneur y était le patron assez longtemps (e.g. « le judéo-christianisme dans tous ses états », actes d’un colloque de l’AFCEB).et toutes aussi nombreuses les attestations qu’il n’y avait pas grand monde à convoquer.

Et puis le dictionnaire n’est pas celui retenu dans les universités : la bible de l’hébreu Biblique serait plutôt le Brown-Driver-Briggs Hebrew and English Lexicon reconnu dans toutes les universités spécifiquement s’il est utilisé en paire avec le Englishman’s Hebrew Concordance of Old Testament: Coded with Strong’s Concordance Numbers qui permet de constater que selon les livres un mot n’a pas toujours le même sens mais qu’ils n’en changent pas arbitrairement.

du grec ?

Le fin mot de l’histoire concernant Pierre se trouve dans un apôtre nommé Pierre à partir des « problématiques escamotées ». Cela a l’avantage d’être accompagtné d’un corpus bibliographique académique.

Conclusion

On se trouve à nouveau devant une interprétation fantaisiste grosse des présupposés de son auteur. Là encore, le présent article fut passé en commentaire et immédiatement censuré : il y a des gens qui n’aiment pas le débat sauf à le transformer en conflit interconfessionnel.

Sur le même sujet , le dillettantisme :

indexation

Identificateurs Technorati : , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2008/07/28/pseudo-science-et-pierre/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :