L’argument d’autorité et L’esprit critique


Le titre de l’article de l’Express dit :

Pour Stephen Hawking, Dieu n’a finalement pas créé l’univers.

Le sous-titre dit :

L’astrophysicien explique que l’univers s’est formé sans la main d’un créateur, mais selon les lois de la physique.

L’explication du scientifique convoqué dit :

"En raison de la loi de la gravité, l’univers peut se créer de lui-même, à partir de rien. La création spontanée est la raison pour laquelle quelque chose existe, pour laquelle l’univers existe, pour laquelle nous existons"

La Science a parlé !

Pour autant, cette affirmation est-elle scientifique ?

Lecture littérale

Le professeur Hawking parle de "loi de la gravité" ; tout un chacun, lisant un hebdo "généraliste mais de qualité"
est fondé à penser à celle de Newton, enseignée vers la classe de troisième de nos collèges. Elle suppose masse et matière qui s’attirent ou se repoussent. On se demande donc bien pourquoi le cher Professeur nous dit que "l’univers peut se créer de
lui-même,
à partir de rien". En effet, s’il n’y a rien, comment peut-il y avoir "masse" ?

Hawkins proclame une création ex-nihilo (comme les catholiques
mais pas comme Genèse 1) donc sans matière mais affirme que les lois de la gravité pré-existent à la matière. Donc, le vrai nom de Dieu serait "lois de la gravité" ? (Oops!). Pourtant, dans le même interview, il affirme qu’il n’y a pas besoin de Dieu pour que l’univers existe.

Serait-ce juste qu’il a trouvé une nouvelle prononciation à Elohim, le démiurge de Gn1, en dépit du fait que les lois de la gravitation dépendent de la masse et de la matière ?

C’est beau la science !!! mais sans la logique (sous ensemble de la philosophie), qu’en reste-t-il ?

Lecture contextuelle

Le lecteur de base, qui a fait une terminale scientifique, mais pas plus, a entendu parler de Einstein ; il se souvient que la "loi de gravité" de Newton, Kepler, etc.. ne s’applique pas "à l’univers" mais seulement sur notre terre et dans notre proximité. A l’échelle de l’univers, c’est la mécanique quantique qui s’applique sans qu’il y ait continuité entre la mécanique newtonienne et la mécanique quantique.

  • les lois de la gravitation ne sont pas les mêmes dans notre univers proche et dans notre univers global
  • le temps n’est pas le même dans notre univers proche et dans l’univers "quantique". Il en résulte que le bigbang n’estpas terminé dans ses effets mais si nous avons la sensation contraire

Mais, dans ce cadre, pourquoi le cher professeur nous parle-t-il de "loi de la gravité", au lieu de nous parler de courbure
de l’univers, qui plus est au singulier ? Toutefois, pour que l’univers soit courbe, il faut qu’il soit déjà là.

Là encore, le cher professeur, selon le journaliste, pèche par manque de logique :

  • soit il est dans le temps quantique ou tout est "déjà là", mais pas dans la gravité
  • soit il est dans le temps de tout un chacun mais pas à l’échelle de l’univers

Sur le contexte dans lequel l’auteur se situe ;, rien n’est dit . Mais l’article qui fait la recension, n’a pas d’auteur et répète 4 fois que l’univers n’a pas besoin de créateur et que cela
tranche sur les précédentes opinion de Hawking.

Autres recensions

The Times

C’est à ce moment seulement que l’article, repris d’une brève l’AFP, repris du Times, donne le titre du livre ("The Grand
Design") mais pas l’éditeur. Pas de chance, le lien donné par l’Express sur le Times de Londres est faux. Des extraits du livre de Hawking sont donnés dans la rubrique "Time"
de CNN
.

Les extraits portent sur ce qu’est un modèle en astrophysique, par exemple, le modèle des electrons, ce qu’est un modèle dépendant de la réalité, la part d’éléments arbitraires qu’il peut recéler… le tout accompagné d’images du Cosmos

Et Dieu dans tout ça ? … rien !

Ce n’est pas le sujet du bouquin de Stephen Hawking et Leonard Mlodinow publié chez Bantam Books, une filiale de Random House.
Car, la cerise sur le gâteau, outre l’extrait significatif donné chez CNN donne l’auteur le co-auteur, l’éditeur et la holding de l’éditeur.

Non fiction

Sur non fiction, on apprend que le fond du bouquin consiste à exposer les futurs fondamentaux de la physique, tout particulièrement l’une des versions de la théorie des cordes, la M-Theory. Laquelle fait polémique.

Et Dieu dans tout ça ?… rien !

La recension est faite par Roger Penrose, un professeur de Mathématique retraité de Oxford et non par un journaliste anonyme.

Science publique

C’est normal, car la petite remarque mise en exergue par l’Express ne représente que la dernière page du livre, comme l’indiquait Jean-Marc Lévy-Leblond dans l’émission
Science-Publique1 du 11 septembre 2010.

Au bout d’un ouvrage qui traite de tout autre chose, la profession de foi de Laplace est emballée dans la naïveté d’une affirmation
pseudo-scientifique qui, pour l’AFP et le Figaro2,
sont quasiment les seuls contenus du livre et fait autorité. Ces braves journalistes manipulent des abstractions mathématiques qui marchent sur le papier, mais se perdent parfois lorsqu’il s’agit de
dire présenter des théories hyper-spécialisées en langage courant . Marc Mennessier nous parle de Newton, de Laplace plutôt que de parler de Gabriele Veneziano ou de Yōichirō Nambu, Holger Bech Nielsen, et Leonard Susskind plus capables de nous renseigner sur la théorie des cordes ou de nous exposer ce qu’est cette hypothèse en débat.

Il est plus facile d’affoler les foules avec un bon titre plutôt que prendre le risque de se planter complètement. La vulgarisation devient souvent…vulgaire : « Va z’y, coco : titre que Dieu ‘n’existe pas’. C’est bon ça ! ça va faire du chiffre ». Du même coup, il déplace le lieu de la polémique. Du grand n’importe quoi, donc. D’ailleurs, Jean-Marc Lévy-Leblond disait que l’une des raisons pour lesquelles "la science est en panne" est la difficulté de son vocabulaire et l’incapacité de vulgariser pour donner envie à de jeunes
générations de faire des sciences. .

Le mariage "science / transcendance" est toujours une arnaque, en tout cas quand il se présente comme autre chose que considérations métaphysiques. La phrase citée postule la "loi" de la gravité comme transcendantale, qui serait là, présente, même lorsqu’il n’y avait pas de matière pour la "révéler", et ça, on se demande bien comment on pourrait le savoir ! C’est oublier que "loi" n’est ici qu’une métaphore.

notes

1Peut s’écouter en ligne pendant 1 mois et se télécharger pendant 1 semaine

2L’Univers est né sans Dieu, article de Marc Mennessier, 7 sept-2010

indexation

Identificateurs Technorati : , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2010/09/12/largument-dautorite-et-lesprit-critique/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :