euphémisme radical


La liberté des uns s’arrête-t-elle où commence celle des autres ?

Un internaute se plaint de la restriction des libertés religieuses en France dans les termes suivants :

Pourquoi la France libre et démocrate ne tolère plus la différence?

Que les gens prient dans les rues, que les femmes couvrent leurs cheveux, que les gens mangent Halal, qu’est ce qui pourrait dans tout ça ternir l’image de la France ? finalement n’est ce pas qu’en laissant s’exhiber les différences qu’on peut se vanter de les tolérer?

Saisissant ! Extrait de son contexte, on en viendrait à croire que notre beau pays est complètent replié sur lui-même, qu’il h’y a plus de modistes, qu’il n’y a plus d’échanges culturels, qu’on n ‘y n’apprend plus les langues étrangères et que toutes les « Alliances françaises » ont été fermées.

On va réintroduire un peu de contexte.

L’auteur de ces remarques est un internaute marocain ; il n’a jamais traversé la Méditerranée pour se rendre compte par lui-même. Dans ce cas précis, « que les femmes couvent leurs cheveux » ne signifie pas le retour des chapeaux dans la mode féminine mais que les femmes se couvrent d’un voile islamique ou d’un niquab.

Comme nombre d’activistes salafistes, il feint de croire que :

*l’interdiction du voile à l’école,

*l’interdiction de porter un niqab ou un casque intégral dans l’espace public

équivalent à une interdiction totale du voile musulman en France.

On peut lui préciser ce dont il retourne, il n’en démordra pas.

L’interdiction du niqab ternit-elle l’image de la France ? On peut aussi envisager la chose d’un autre point de vue que « religieux » et considérer que nous avons 40 ans de luttes féministes derrière nous et nous n’avons pas l’intention de laisser une minorité revenir là-dessus d’autant que la situation n’est pas encore idéale tant sur l’égalité des salaires que sur les dérapages verbaux d’une certaine classe médiatique à l’occasion de l’affaire Strauss-Kahn.

Est-il nécessaire d’exhiber ses différences ?

Le fait est que s’il est possible d’en tirer avantage, il n’y a pas de raison. Par exemple, on exhibe sa carte « station debout pénible » dans le métro parce que le geste civique de se lever devant une personne handicapée ou âgée ne va pas encore de soi.

La France tolère la différence mais pas la provocation. Ce que cet internaute nous décrit là sont des provocations.

Par exemple on n’a jamais construit autant de mosquées et, soudain, un petit groupe se met prier dans la rue suivi de beaucoup d’autres et a situation se reproduit dans 6 villes, de préférence à où sont les plus vastes mosquées du pays. A Epinay, dans le 93, le maire a payé des deniers de l’état (alors qu’il n’en avait pas le droit), les musulmans n’en ont pas voulu et préfèrent prier dans la rue dirigés par un imam dont la formation, selon l’équipe municipale, laisse à désirer

On perçoit bien aussi, la demande de visibilité des communautés musulmanes depuis 1980, c’est à dire depuis la diffusion du salafisme. Prier « dans la rue » est tout à fait possible, occasionnellement, pour une fête d’importance, après avoir obtenu une autorisation préfectorale. Mais là n’est pas le modèle de ces prières dans la rue où l’on se rend en car. Il s’agit plutôt de marquer un territoire dans lequel « les autres » ne peuvent plus pénétrer.

En revanche, il n’y a pas de doute qu’il s’agit d’une exhibition pour en obtenir un avantage. On occupe la chaussée sans autorisation, puis, quand les pèlerines passent, on se lamente partout qu’on est victime de discrimination Ainsi s’invente une « islamophobie »qui n’existerait pas si ses victimes n’en étaient pas les organisatrices

Pour le reste, tolérer n’est pas « tout permettre » ; il faut bien sûr faire une différence entre

  • * »se couvrir les cheveux« , à savoir se mettre un foulard au pliage réglementaire diffusé en Europe depuis la révolution khomeyniste et « se couvrir entièrement visage et mains compris »

  • pouvoir « manger halal » et imposer la nourriture halal au travers d’une chaîne de fast-food ou exiger que les cuisines scolaires soient doublées pour en réserver une à la cuisine halal en sorte qu’elle ne soit pas rendue « impure » par le contact avec la nourriture « des autres« 

La France libre et démocratique supporte très bien la différence mais pas du tout qu’une minorité impose ses choix religieux à une majorité qui n’en a rien à faire. L’idée que se fait la France laïque de la liberté démocratique est que la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres alors que l’idée de la liberté que se fait ce militant salafiste est que sa liberté à lui n’est pas complète tant que celle de l’autre n’est pas abolie.

La liberté et la démocratie c’est aussi la possibilité de ne pas subir les choix d’une minorité de salafistes.

indexation

Identificateurs Technorati : , , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2011/06/12/euphemisme-radical/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :