Humour et prédication


Amis chrétiens : Pourquoi ne percevez vous pas comme une injure ce genre de « sermon« ? Je viens de regarder ce « sermon »avec des proches chrétiens qui mourraient tous de rire. Aucun d’eux ne l’a perçu comme une insulte ou un blasphème. En le regardant, ne vous sentez vous pas insulter dans votre foi ? Si non pourquoi ! ?

D’abord, l’acteur est celui qui joue Mr Bean. C’est un acteur comique très connu. J’étais moi-même plié de rire. La seconde fois, je riais encore il ne présente qu’un problème de sous-titrage. A un moment, le sous-titre s’exclame « putain« … suivi de quelque chose. Or, le prédicateur s’exclame « Hell » à savoir «  »Enfer« . Quelque part l’exclamation en anglais est bien en phase avec la prédication « biblique » (on va dire comme ça) tandis que la traduction sort du sujet. Même si, dans la façon populaire de parler, les anglophones disent « Hell » là où les français disent « putaing ! » (comme dans le Sud-Ouest de la Franc où cela sert de ponctuation orale) , la traduction fait perdre quelque chose à l’ambiance du sketch de Rowan. Atkinson.

Ensuite, comme tu le sais sans doute, les églises chrétiennes sont nombreuses. Chacune a ses méthodes de prédication et ses petites manies en la matière. L’acteur se moque de la prédication traditionnelle anglicane qui recoupe la prédication traditionnelle dans bien des églises conservatrices issues de la Réforme. Il se moque de la prédication « paraphrase » qui, dans la plupart des cas , n’enseigne rien .

Le chrétien d’une de ces églises, mis en face de ce film se souvient des cas où il entendu un tel prédicateur qui paraphrase ; il est resté sur sa faim spirituelle s’est dit « Punaise, j’ai perdu mon dimanche ; j’aurais mieux fait de lire la Bible tout seul ; l est probable que j’en aurais plus appris !« . Il se trouve donc dans une situation d’auto-dérision, d’autant mieux vue que c’est une « critiqué de l’intérieur« . Que l’acteur soit ou non croyant, pour imiter le flegme, la façon de ne pas réagir aux interruptions, les gestes des mains, et surtout la diction, etc… S’inspirer de l’art de Buster Keaton ne suffit pas ; il faut avoir une longue pratique de l’office dominical dans une église issue de la Réforme.

Ensuite, la dérive sur le texte évangélique ‘ qui passe du coq à l’âne est une caractéristique des sermons vides. Toutefois, on entend bien que l’acteur traite Jésus en magicien, puisqu’on passe du récit de miracles des noces Cana à un série d’évocations des principaux tour d’illusionniste de base au music-hall. Mais la critique de « la croyance aux miracles » fait partie intégrante de la théologie d’un bonne partie des églises européennes issues de la Réforme. Évidemment, il y va avec ses gros sabots

Mais je dirais que Rowan Atkinson nous dit « Mes frères, si votre foi es basée sur les miracles, alors elle est vide. Vous croyez parce que vous avez vu des prodiges qui vous ont semblé des preuves. Vous n’avez vu qu’un spectacle. Bienheureux ceux qui ont cru sans avoir vu. D.ieu ne se manifeste pas dans un spectacle mais dans le signe d’Elie sous le genèvrier. Soyez doc attentifs au souffle de la brise !« 

Ce sketch me semble donc à double détente : d’abord l’auto dérision qui montre l’existence d’un humour protestant et, en second lieu d’une réflexion sur la foi qui n’a rien à voir avec le pluriel de croyance.

Indexation

Identificateurs Technorati : , , , , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://pharisienlibere.wordpress.com/2011/06/25/humour-et-predication/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :