lutte contre le racisme et l’antisémitisme

SOS Racisme, la UEJF et quelques autres (j’espère de plus en plus nombreux) ont porté plainte contre FACEBOOK, Twitter et Youtube pour non respect de leurs obligations de modération. En résumé, une photo un peu dénudée apparaît, illico, la modération la supprime mais si un propos raciste ou antisémite apparaît, on peut attendre des siècles pour qu’il disparaisse.

Je trouve cela intéressant cette idée de responsabiliser les « supports de presse électronique »
où sont publiées de « libres opinions » pour qu’ils se mettent en phase avec la législation de 2004
(loi sur la confiance numérique) qui leur enjoint de supprimer « dans les meilleurs délais » (sans plus de précision) les contenus litigieux. Les services des agences de modération coûtent un certain prix qui diminuent d’autant la marge de ces entreprises

2004 : la loi no 2004.204 du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux  évolutions de la criminalité précise cette circonstance aggravante quand l¹infraction
est « précédée, accompagnée ou suivie de propos, écrits, images, objets ou actes » racistes ou antisémites. La loi prévoit différentes sanctions pénales allant de l¹amende à l¹emprisonnement. Ainsi, l¹injure raciale est punie – au maximum – de 6 mois d¹emprisonnement et/ou d¹une amende de 22 500 euros.

2004, sur Internet (Cybercriminalité), la loi no2004-575 du 21 juin 2004 stipule que « les hébergeurs et fournisseurs d¹accès Internet ont l¹obligation de contribuer à la lutte contre la diffusion de données à caractère pédophile, négationniste et raciste ».

Je me demande seulement pourquoi ces associations n¹ont pas mis yahoo dans la même plainte ? En effet, on trouve pas mal d’antisémitisme sur Yahoo comme en témoigne cette rapide recherche sur le mot Talmud qui rassemble des questions où se propage le faux
Talmud de Pranaïtis
:

D’autant que Yahoo ne prend plus les rapports d’abus .

indexation

« L’interessant avec la citoyenneté, c’est qu’on peut être contre »

Ce fut une polémique de l’autre semaine en Espagne. Avec la rentrée, différente selon les régions autonomes, des cours d’instruction civique étaient inaugurés. Au programme de celle-ci, distinguer le sexe de l’orientation sexuelle du fait que l’Espagne reconnaît et pratique le mariage des personnes de même sexe.

El Pais donne un exemple de ces classes

Toute la difficulté vient d’une partie de l’église catholique en Espagne. Celle-ci entend que soit privilégiée l’orientation hétérosexuelle et n’accepte pas que d’autres orientations soient mises sur le même plan du point de vue de l’égalité des droits de l’homme.

L’épiscopat espagnol s’insurge contre ces droits de l’homme là et les parents d’élève du courant catholique ont d’abord décidé de proclamer leurs enfants « objecteurs de conscience » allant jusqu’à parler de « dictature socialiste ». Certains éditeurs parlent de mettre sur le marché des manuels différents destinés les uns aux écoles catholiques et les autres aux écoles d’état, les uns privilégiant l’orientation hétérosexuelle et les autres prônant l’égalité dans la diversité. La ministre annonce que ceux qui objecteront aux cours d’instruction civique seront comptés absents comme s’ils avaient manqués les mathématiques ou n’importe quel autre cours obligatoire.

Tiens, chez nouzôtres, ce ne sont pas les catholiques qui objectent au contenu de certains cours ? Mais peut-être tous les courants fondamentalistes ont-ils en commun de favoriser l’ignorance et la discrimination ?

s’informer

indexation

Identificateurs Technorati : , , , , , ,

Powered by ScribeFire.