lutte contre le racisme et l’antisémitisme

SOS Racisme, la UEJF et quelques autres (j’espère de plus en plus nombreux) ont porté plainte contre FACEBOOK, Twitter et Youtube pour non respect de leurs obligations de modération. En résumé, une photo un peu dénudée apparaît, illico, la modération la supprime mais si un propos raciste ou antisémite apparaît, on peut attendre des siècles pour qu’il disparaisse.

Je trouve cela intéressant cette idée de responsabiliser les « supports de presse électronique »
où sont publiées de « libres opinions » pour qu’ils se mettent en phase avec la législation de 2004
(loi sur la confiance numérique) qui leur enjoint de supprimer « dans les meilleurs délais » (sans plus de précision) les contenus litigieux. Les services des agences de modération coûtent un certain prix qui diminuent d’autant la marge de ces entreprises

2004 : la loi no 2004.204 du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux  évolutions de la criminalité précise cette circonstance aggravante quand l¹infraction
est « précédée, accompagnée ou suivie de propos, écrits, images, objets ou actes » racistes ou antisémites. La loi prévoit différentes sanctions pénales allant de l¹amende à l¹emprisonnement. Ainsi, l¹injure raciale est punie – au maximum – de 6 mois d¹emprisonnement et/ou d¹une amende de 22 500 euros.

2004, sur Internet (Cybercriminalité), la loi no2004-575 du 21 juin 2004 stipule que « les hébergeurs et fournisseurs d¹accès Internet ont l¹obligation de contribuer à la lutte contre la diffusion de données à caractère pédophile, négationniste et raciste ».

Je me demande seulement pourquoi ces associations n¹ont pas mis yahoo dans la même plainte ? En effet, on trouve pas mal d’antisémitisme sur Yahoo comme en témoigne cette rapide recherche sur le mot Talmud qui rassemble des questions où se propage le faux
Talmud de Pranaïtis
:

D’autant que Yahoo ne prend plus les rapports d’abus .

indexation

Attentats à Bruxelles

Compassion pour nos voisins belges

Compassion pour nos voisins belges

indexation

, ,

Published in: on 22 mars 2016 at 7:40  Laisser un commentaire  

République et islamophobie

Dans l’esprit de deux sociologues qui affirment que l’islamophobie existe bel et bien, le problème musulman est une « création des élites« par le discours et par la loi. Ils mettent en avant les revendications de l’observatoire de l’islamophobie (voile, hallal, etc..) et s’élèvent contre la loi sur le voile à l’école, la loi à visage découvert et la charte de la laïcité qui sont autant d’outils de création de l’islamophobie. En quelque sorte, la république est islamophobe et monte les citoyens contre les musulmans par le biais de la loi.

(suite…)

Quelles intolérances ?

L’homosexualité existe depuis la nuit des temps

L’homosexualité ancienne n’est pas la même. L’homosexualité d’aujourd’hui, ce sont des gens qui se choisissent et aspirent à vivre en couple, voire à fonder une famille, un projet qui n’était pas imaginable avant qu’elle soit dépénalisé.

Dans l’antiquité, les relations sexuelles n’étaient pas fondées sur la différence de sexe mais

  • sur le statut « libre/non libre » : à Rome, il était honteux d’avoir des relations sexuelles entre hommes adultes libres pour celui « réputé passif » mais pas pour l’autre, mais pas honteux de sauter un esclave spécialement s’il s’agissait d’un gamin élevé pour ça , les pueri delicati,
  • ou sur l’idée d’une « pédérastie éducative » i.e. pour une durée limitée c’est à dire un âge de la vie. C’était comme ça chez les grecs1 et ça continue de rouler comme ça chez les Baruyas2 de Nouvelle-Guinée

Pourquoi les gays dérangent-ils plus que les lesbiennes?

Étant donné que depuis le bronze récent jusqu’au 19ème siècle , la femme est une marchandise et le mariage un accord commercial, on lui demande rarement son avis, a fortiori sur son orientation sexuelle.

La littérature du 19ème et jusque 1930 environ, est pleine de gays et de lesbiennes mariés dans des ménages3 hétérosexuels4, malheureux en mariage ou ayant un arrangement avec la dame qui, elle même, n’a aucun appétit pour le sexe dit fort.

En revanche, l’homosexualité masculine est décriée depuis Sumer 5 pour celui qui « s’y comporte comme une femme », celui que d’aucuns nomment passif parce qu’ils calquent la sexualité homosexuelle sur le modèle de la sexualité hétéro du 19è.. On en trouve des échos dans les tablettes relatant des procès à Sumer et Babylone, et plus tard dans la poésie de Catulle. Augustin d’Hippône6 demande carrément « pourquoi se conduire comme une femme quand on a la chance d’être un homme ? ».

C’est donc la supériorité sociale des mâles qui est atteinte par la gayté. En ce qui concerne les femmes, vu leur surface sociale, il n’y a pas lieu de s’en soucier. C’est pourquoi jil est permis de rire quand certains tentent de stigmatiser les lesbiennes à coup de Paul de Tarse qui parle des femmes et de « modifier l’usage naturel de leur sexe« . C’est plus probablement aux recettes de contraception qu’il pense parce que, du fait de es affaires, ‘il fréquentait les ports et que Corinthe, qui faisait « bordel de la méditerranée« , recevait les nouvelles recettes directement en provenance d’Egypte.

notes

1 et chez les celtes : Bernard SERGENT, Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens, Payot & Rivages, 1996.

2 Maurice Godelier, « L’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage et de descendance »

3 comme les artistes américaines de blues Ma Rainey, Bessie Smith, Ethel Waters et Gladys Bentley

4 Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe (Berlin, Londres, Paris, 1919-1939) aux éditions du Seuil (2000), et Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité aux éditions de la Martinière
(2001)

5 Véronique Grandpierre, Sexe et amour de Sumer à Babylone, Folio histoire, inédit, éditions Gallimard

6 cité dans Boswell (John) Christianisme, tolérance sociale et homosexualité. Les homosexuels en Europe occidentale des débuts de l’ère chrétienne au XIVe siècle.

indexation

, , , , , , , , ,

La Loi de Murphy

Mea Maxima Culpa, documentaire, a reçu 3 emmy awards.

Il analyse les causes des crimes sexuels qui se sont révélés ces 30 dernières années et la façon dont l’ECAR fut acculée à lui trouver des solutions, à répondre aux procès et à payer des compensations
aux victimes. L’enquête parle surtout des USA.

La thèse du réalisateur Alex Gibney est que l’ECAR sélectionne et fabrique des criminels sexuels. La première partie du livre de Eugen Drewermann1 Fonctionnaires de Dieu2 analysait la nécessaire instabilité émotionnelle, affective et sexuelle des candidats séminaristes et que cette fragilité était indispensable à leur recrutement. Que ne l’a-t-on entendu en 1993 ?

La trame du documentaire réside dans l’un des plus anciens cas, celui de 4 garçons sourds abusés par le père Lawrence Murphy qui choisissait ses victimes chez des jeunes sourds isolés dont les parents ne parlaient pas la langue des signes. Ainsi, était il certain que son secret soit gardé à l’abri du contrôle parental.

Le documentaire est sort chez HBO en 2012. Il a eu plutôt bonne presse :

en dépit du Catholic World Report qui lui cherche une polémique à base d’anti-catholicisme. Le documentaire passe sur ARTE mardi prochain ; faîtes vous votre propre opinion.

Notes

1 Drewermann bashing en 1993 ans la nouvelle revue de théologie. La première partie de l’ouvrage échappe totalement au recenseur.

2 une recension sérieuse : «  Groupe et idéologie. À propos de Fonctionnaires de Dieu d’Eugen Drewermann », Christian Saint-Germain, Laval théologique, Volume 51, numéro 1, février 1995, p. 183-189

Lire aussi

la théorie de l’évolution

Indexation